Leadership

Edsel, d’échec en rebond

Un échec peut être considéré comme tel uniquement si on renonce définitivement, pas si on passe simplement à côté du succès.

En 1955, Ford crée une nouvelle gamme pour tenter de prendre le leadership sur son cœur du marché, celui des voitures moyennes. La jeune équipe de direction, composée d’anciens officiers, recrutée par Henry Ford II, et surnommée les « Whiz kids »/ les petits génies, avec notamment Robert McNamara, futur secrétaire d’Etat à la défense de John Kennedy, décide de procéder scientifiquement et lance préalablement une impressionnante série d’études de marché…

Le projet Edsel se veut l’incarnation de la voiture du futur, bourrée de gadgets, d’innovations, bien décidée à « casser les codes », y compris les canons esthétiques de l’époque… Mais la gamme est immédiatement descendue en flammes par la critique et le public… Bref, c’est un désastre, et en 1960, Ford renonce.

Mais en définitive, l’était-ce véritablement ? Un échec peut être considéré comme tel uniquement si on renonce définitivement, pas si on passe simplement à côté du succès. Or Ford ne renonça pas, bien au contraire…

La suite à visionner en moins de 4 minutes

0 0 vote
Note de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous commentaires
CoachingLeadershipManagement

A propos de l'auteur

Alain Alain

Alain Goetzmann

- Entrepreneur

- CEO à Perform'up

Entrepreneur multirécidiviste dans de nombreuses entreprises, Alain souhaite faire partager ses expériences aux dirigeants d'entreprise. En savoir plus sur Alain

Dire "Bonjour" ou remercier Alain

À lire ensuite

Discussions en cours sur des sujet similaires

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
0
Que pensez vous de cet article ?x
()
x