startup technologique

Comment lancer une startup technologique et Customer Centric ?

Mickael Benhassen, ancien responsable de Lab innovation et co-fondateur d'une Assurtech nous explique comment lancer une entreprise innovante au niveau technologique qui soit utile pour ses clients.

Lancer une entreprise innovante au niveau technologique qui soit utile pour les clients est normalement la règle. Pourtant peu de sociétés parviennent à concilier les deux. Amazon, Apple, Facebook et Google sont les exemples qui viennent le plus facilement à l’esprit lorsque l’on évoque ces notions. Mickael Benhassen, ancien responsable de Lab innovation de grands groupes et co-fondateur et CTO d’une Assurtech nous livre sa vision sur la manière d’y parvenir.

Mickael vous avez monté des Labs dans des banques internationales, co-fondé et lancé des entreprises technologiques, pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Je suis de cette génération qui a commencé à coder sur Windows 2.0. J’avais 10 ans. C’était sur un 8086 ramené par mon père ingénieur. Le coup de foudre. J’étais fait pour ça. J’ai donc suivi et vécu l’histoire moderne de l’informatique : la guerre intel/AMD ou nvidia/ati, montgallet, internet en adsl dès 1996 (nous étions une poignée en France ! ).

Le premier smartphone en France en 2003 avec GPS via Bluetooth. Une révolution. L’avènement du CISC, du cloud, du smartphone, des GAFA .

Je me suis orienté logiquement vers des études d’informatique jusqu’au diplôme d’ingénieur  Puis j’ai découvert la simulation numérique chez Renault. On peut parler de data science avant l’heure. Je travaillais sur une optimisation numérique des points de soudure pour en optimiser le maillage, rendre les véhicules plus sécurisés . Puis direction la Société Générale ou je suis arrivé dans la période post-crise avec des besoins immenses sur la maitrise des risques et surtout sur le besoin d’innovation. J’y ai monté deux départements. Le premier en 2011 : full simulation numérique financière pour rentrer dans le monde de la data science actuarielle et des super calculateurs. Le second en 2015, le Lab innovation en allant chercher des technologies non connues dans cette entité comme le développement sur smartphone ou dans le cloud. Puis 2018.. Le besoin d’aller encore plus loin. Le besoin également de donner un sens à toute cette créativité : donc on se lance et nous créons Assurly avec Toufik Gozim qui était déjà un serial entrepreneur.

Selon vous, quelles sont les tendances technologiques à suivre en 2020 ?

J’aurais même dit quelles sont les tendances du mois à suivre ! L’informatique moderne est principalement basée sur la conjoncture de Moore (co-fondateur d’Intel) qui annonce un doublement des capacités et de la complexité de l’informatique en général tous les 18 mois. Et cela tient encore. Je regarde toujours 18 mois en arrière pour savoir s’il y a eu une technologie de rupture forte et analyser ce qui pourrait arriver dans le futur proche. Si je reste technico-technique, les évolutions des smartphones et des IOT autour sont toujours à regarder. Toujours plus de capteurs permettant de nouveaux services, toujours plus de capacité de calcul promettant l’avènement du edge computing (capacité de calcul et d’analyse au plus proche de l’utilisateur). Il y a aussi les possibilités de la 5G ouvrant la voie à de nouvelles possibilités. Il s’agit clairement une technologie de rupture. Enfin ce n’est pas une technologie à proprement parlé mais le sujet de l’éthique IT et de la privacy va devenir central. Les capacités de développement et les capacités informatiques donnent aux développeurs un immense pouvoir. Un trop grand pouvoir. A la manière de la bioéthique ou des comités scientifiques, nous devons militer pour inventer une éthique IT.

Un sujet récurrent mais crucial, comment mettre la Tech au service des clients selon vous ?

Pour que la tech soit adaptée, elle doit être la plus simple possible. Et c’est très complexe de faire simple. Souvent il faut repartir de la page blanche et supprimer le superflu. En somme se réinventer. Apple avec le premier iPhone est un superbe exemple de réinvention : un monolithique épuré, un minimun de bouton physique, un écran total, une interface simple (une icône = une app). That’s all. Exit le clavier physique, stylet, multiples boutons. Les concurrents de l’époque comme Nokia ne s’en sont pas remis. Ensuite il faut réfléchir expérience utilisateur dans sa globalité. Dans la « finance », on a souvent l’impression qu’il faut « remercier » son banquier ou son assureur pour un service. Mais non ! Le client paie pour ce service. Et ce service doit être irréprochable. Pour qu’il le soit, il faut penser client et s’adapter à ses besoins.

Le client est avant tout mobile. Donc le produit doit être sur smartphone. Il doit être visuellement beau et simple à utiliser.

Le client doit pouvoir souscrire de n’importe tout et surtout n’importe quand. Tout doit donc être possible directement dans l’app. Le service client doit également pouvoir l’accompagner et le guider quand le client le veut en livechat ou même en visio.

Une dernière question, quelles sont les qualités que doit avoir un leader technologique dans une société innovante selon vous ?

L’innovation se trouve pour moi à mi-chemin entre une vision d’un besoin (futur ou présent) et nos capacités technologiques. Il faut donc être curieux par nature et s’appuyer sur des connaissances multiples. Plus encore il faut être passionné par ce que l’on fait et chaque « échec » n’en est pas, c’est une expérience qui permet de s’améliorer.

StartupTechnologie

A propos de l'auteur

Alexandre Alexandre

Alexandre Rispal

- Entrepreneur, Influenceur, Expert en Marketing

Diplômé de Sciences-Po Lille (Administration Publique), Alexandre Rispal a exercé des fonctions à responsabilité dans le marketing stratégique, produits et innovation pendant treize ans. En savoir plus sur Alexandre

Dire "Bonjour" ou remercier Alexandre

À lire ensuite

Discussions en cours sur des sujet similaires

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!