multiculturelle

Cas d’école sur la gestion multiculturelle – Daimler/Chrysler

Regardons ensemble un des plus gros échecs de l'industrie automobile. La fusion entre l'Allemand Daimler et l'Américain Chrysler.

Vous avez tous entendu parler de l’une des plus importantes transactions de l’histoire de l’industrie automobile. L’entreprise commune entre le constructeur automobile allemand Mercedes Benz et l’américain Chrysler.

Beaucoup a été écrit à ce sujet. Sur le papier, une excellente idée : utiliser les synergies de chacun pour devenir le plus grand constructeur automobile du monde et développer une excellente plate-forme pour que Mercedes confirme sa présence sur le marché américain et pour que Chrysler se développe en Europe. La nouvelle société nommée Daimler Chrysler était vouée à l’échec. Aucun analyste, aucun consultant engagé pour que cela fonctionne ne l’a vu venir.

Premièrement, les Allemands sont entrés dans cette relation avec le sentiment d’être meilleurs, plus forts et de produire de meilleures voitures. Les Américains, déçus des négociations et de l’abandon de Chrysler sur de nombreux points, ont entamé la relation avec un sentiment très négatif. Ils n’étaient pas dans le meilleur esprit pour faire fonctionner l’entreprise. Donc, entre la méfiance du côté américain et l’arrogance des Allemands, la communication n’a pas été optimisée. L’industrie automobile américaine étant une institution (au même titre que l’allemand), l’importance d’un tel accord aurait dû consister à garantir que les deux parties soient traitées de la même manière. Ce n’était clairement pas le cas.

Une fois la transaction conclue et les équipes ayant commencé à travailler ensemble, les difficultés ont surgi. Les Allemands ont utilisé un avion privé de Stuttgart. Cela a été vu comme une invasion des Allemands par les ouvriers américains. Ensuite, les différences ont commencé à apparaître. Les Allemands étant très organisés, arrogants et communiquant différemment des Américains (souvenez-vous qu’ils pensaient être supérieurs), ils ont eu du mal à comprendre le fonctionnement des Américains. Les Allemands les ont trouvés désorganisés, individualistes et incapables de produire les voitures dont ils avaient désespérément besoin pour assurer une situation gagnant / gagnant.

Cela a conduit au pire des cas, les entreprises se sont séparées.

Comment cette entreprise aurait-elle pu fonctionner?

  • en entrant dans la relation au même niveau
  • en respectant les cultures de chacun
  • en comprenant qu’aucune des parties n’avait le secret du succès, mais en travaillant ensemble au même niveau
    en communiquant en fonction des différences entre eux
  • en se comportant comme des travailleurs multiculturels instruits et responsables (à tous les niveaux – des travailleurs à la direction)
  • en se concentrant uniquement sur un objectif: faire de la société nouvellement créée un succès (des objectifs individuels ne peuvent que nous en empêcher)

Il est important de comprendre cela maintenant et avec le recul, cela est beaucoup plus facile. Les nouvelles entreprises doivent en tirer les enseignements et éviter d’échouer dans la conquête de nouveaux marchés. Cependant, d’autres entreprises ont échoué de la même manière et continueront d’échouer. Tout cela pour une simple raison, l’incompréhension des différences interculturelles.

Comme d’habitude, n’hésitez pas à me contacter si vous voulez en parler plus.

A propos de l'auteur

Nicolas Nicolas

Nicolas Babin

- Stratège, Expert en Marketing, Expert en communication

Nicolas a une expérience de plus de 27 ans dans beaucoup de pays comme les Etats Unis, l'Angleterre, l'Allemagne, la Belgique, le Japon et la France. Il a travaillé en tant que dirigeant pour des… En savoir plus sur Nicolas

Dire "Bonjour" ou remercier Nicolas

Suggestions

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!